Tant que nous avions la liberté de nous déplacer (ou les sept livres achetés avant le confinement)

Tant que nous avions la liberté de nous déplacer (ou les sept livres achetés avant le confinement)

Avant que le confinement soit annoncé, j’étais en arrêt maladie pour une petite crève sans gravité. Du coup, impossible pour moi de faire le plein de livres à la médiathèque (si tu as lu certains de mes articles, tu sais que je travaille en médiathèque). Mais j’ai eu du flair : le dernier samedi de liberté, je suis passée à la librairie de ma ville, où j’ai choisi sept bouquins. Dans cet article, je vais t’expliquer pourquoi ceux-là.

Comme plein de lecteurs, j’ai une liste de livres à lire, un jour. Ma liste ne fait que s’allonger. Et ça ne veut pas dire que je ne lis pas, ça veut surtout dire que tous les jours, en faisant ma veille professionnelle, en travaillant sur des thématiques, en conseillant les usagers, en prenant les conseils des usagers, j’ajoute des titres. Puis j’en lis d’autres. Bref, c’est sans fin. Et surtout, j’aime me dire que cette mine d’or est inépuisable. Qu’il y a de la lecture disponible pour plusieurs vies. Alors je continue d’étoffer ma liste.

A ça s’ajoute le fait que selon les moments de vie, les questionnements existentiels qui me taraudent, l’état d’esprit du moment, je ne lis pas les mêmes choses. Puis j’ai mes périodes “groupie”. C’est à dire que je découvre un auteur au hasard de mes lectures, que j’adore ce que je lis, et que je mets à lire d’une traite l’oeuvre de cet auteur particulier. + 5 sur ma liste.

Tout ça pour dire que ce fameux samedi, j’ai acheté sept romans, choisis sur le moment. Certains étaient sur ma liste, d’autres non. J’ai été victime d’”achats compulsifs”, par peur de manquer (symptomatique de notre société de consommation non ?). On y va ?

Dans la vie, j’aime le roman policier. Alors non, je ne suis pas une aficionados, ou ultra calée en littérature policière. Mais ce sont de vraies lectures plaisirs pour moi. Et il y a six mois, j’ai découvert Olivier Norek. Comme je te l’expliquais plus haut, j’ai un côté groupie/consommatrice. Alors j’avais déjà lu pas mal de ses bouquins. J’ai acheté les deux qui manquaient à mon tableau de chasse : Code 93 et Surface.

Je viens de voir que ce sont respectivement son premier et son dernier roman. Ah oui, parce que je n’ai pas commencé par le début … Code 93 appartient à une trilogie, avec comme personnage principal le capitaine Coste. Donc oui, on peut les lire dans le désordre sans être paumé (les enquêtes sont indépendantes les unes des autres), mais j’aurai préféré les lire dans l’ordre de parution, pour suivre les personnages récurrents de manière plus cohérente.

Dans la catégorie policier, j’ai également ajouté J’irai tuer pour vous de Henri Loevenbruck. Là, c’est l’inconnu pour moi. Jamais lu, jamais entendu parlé. Il me semble qu’il était mis en avant dans la librairie, et que le résumé a fini de me convaincre. “Un assassin pour le compte de l’état”, ça a aiguisé ma curiosité…

Changeons de registre. Dans ma vie j’ai finalement peu lu de classiques. Et ces derniers temps, j’avais envie de m’y plonger un peu. Là le choix n’a pas été très éclectique :
Jane Eyre de Charlotte Brontë, La Dame du manoir de Wildfell Hall de Anne Brontë et Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire.

Je n’ai jamais lu les soeurs Brontë. La seule connaissance que j’ai de leur oeuvre est le film Jane Eyre, avec Charlotte Gainsbourg… Il aura fallu que j’attende d’avoir 35 ans pour vouloir aller plus loin ! Mais c’est chose faite. Enfin en cours, pour bientôt.
Pour ce qui est des Fleurs du mal, je l’ai déjà lu il y a des années, pendant mes études. Et ces derniers temps à la médiathèque, il y a beaucoup de collégiens qui sont venus pour emprunter des recueils de poésies pour un devoir. Ce qui m’a donné envie d’en relire un peu . Merci les usagers !

Si tu as bien suivi depuis le début de l’article, j’ai parlé de sept livres. Il en reste un. Pour le dernier, je ne sais pas ce qu’il va raconter vraiment. Je ne connais pas l’autrice, et ce livre n’a pas fini dans mes mains suite à une recommandation. Il était en présentation, ça avait l’air frais. Il s’agit de Best Love Rosie de Nuala O’Faolain.

Pour celui-ci, il faudra attendre l’article qui lui sera dédié pour en savoir plus !

Donc voilà, mes livres de confinement. Je pense (j’espère) publier des avis pour chacun sur ce blog, pour compléter cet article.

Et toi ? Tu lis quoi ?

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s