Des princes pas si charmants – Emma (où comment l’autrice m’éclaire un peu plus à chaque BD)

Des princes pas si charmants – Emma (où comment l’autrice m’éclaire un peu plus à chaque BD)

Vous avez certainement vu passer en 2017 (si je ne m’abuse) la BD d’Emma qui parlait de la charge mentale. Mais si, celle qui a été partagée, entre autre, sur les réseaux sociaux. Et bien aujourd’hui, nous en sommes au quatrième tome de la série Un autre regard. Des princes pas si charmants et autres illusions à dissiper ensemble est le dernier paru.

Si au premier abord le trait d’Emma peut décourager, il faut garder en tête que ces BD n’ont pas pour but de nous ravir par l’esthétique, mais de nous donner au autre de point de vue sur des sujets d’actualité et de sociétés. D’où le nom général « Un autre regard ».

Comme le dit elle-même l’autrice, son éveil politique a lieu au moment où elle a 30 ans. Elle analyse différemment le monde qui l’entoure, en sortant des visions pré-établies qu’on nous martèle depuis l’enfance, que ce soit fait consciemment ou non. Pour ma part, c’est grâce à Emma que j’ai pris conscience de ce qu’était la charge mentale, et pourquoi ce n’était pas juste.

Dans Des princes pas si charmants, Emma va revenir sur cette notion qui l’a faite connaître, mais va également s’attaquer au sexisme bienveillant, et au travail. Son cheminement est simple précis : un constat, analyse de la situation, questionnement, et réponse. Son travail est documenté, ne se pose pas que sur des ressentis. Et je dois avouer qu’en la lisant, bien souvent, je me rends compte que ce qui me semblait normal, et surtout immuable, ne l’était pas.

On ne doit pas non plus s’interdire -je vais peut-être choquer en disant ça- une certaine forme de séduction intellectuelle, qui ne peut jamais être une forme de violence, de contrainte, mais qui peut être une forme de séduction. »

Déclaration du 1er ministre Edouard Philippe face à mediapart, 22 novembre 2017

Cette citation te pique ? Allez, lit la suivante.

Je n’aime pas le terme « pénibilité », qui induit que le travail est une douleur. Le travail c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place. »

Emmanuel Macron face au MEDEF; 28 mars 2017

Celle là aussi te gêne ? Alors je te conseille de bouquiner cette BD, qui je l’espère te permettra d’avoir un autre angle de compréhension, ou de questionnement. Bref, on ne sort pas pareil de cette BD que quand on y est entré ! Et ça fait du bien.

Des princes pas si charmant, et autres illusions à dissiper ensemble, Emma, Massot éditions, 2019
Pour se le procurer, ici-même.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s